Le Rendez-Vous des Plumes – Plume gagnante du Prix de La Petite Boutique des Auteurs 2021

Les membres du jury ont l’honneur de vous annoncer qu’Axelle Scholtes, participante du mois de mai (inspiration “personnages artificiels”, thème “tranche de vie”) a remporté le prix LPBA 2021 avec ce texte :

Déjà cent bornes d’avalées sous des trombes d’eau. On les aura méritées, ces vacances. Et tout ça pour se rendre dans la famille de Florent qui s’est montrée tout juste cordiale à mon égard lors de notre première rencontre.
J’ai conduit la première partie du trajet, le temps de sortir de Paris. Les klaxons et les injures du périph’ sous une pluie battante, ça me connaît. Florent est plus timide au volant et préfère la monotonie de l’autoroute.
– Alors Stéph’, prête pour l’aventure ? s’exclame Florent en quittant le parking de l’aire de repos.
Je me détourne de la route pour lui jeter un rapide regard. Les mains sur le volant, il sourit de toutes ses dents et son regard pétille.
Je lui souris en retour.
– Oh, oui ! dis-je d’un ton faussement enjoué, trois cents kilomètres sous la pluie pour une réunion de famille où tout le monde me déteste, quelle belle aventure !
Il me file un coup de coude tout en s’insérant sur l’autoroute. La pluie s’abat de plus en plus fort sur le pare-brise à mesure que la voiture prend de la vitesse. Le raffut est tel qu’on n’entend plus l’autoradio.
– Mais non, ils ne te détestent pas ! Laisse-leur le temps de faire ta connaissance.
Je regarde sans les voir les éoliennes qui tournoient sous la pluie. Avec ce temps, on dirait qu’elles sont en pleine mer.
– Si, ils me détestent. Je suis la femme divorcée qui vient gâcher l’avenir de leur jeune fils prodige.
Et soudain, je vois ma vie défiler devant mes yeux. Un camion déboîte brusquement juste devant nous, on va s’exploser contre la remorque à cent trente kilomètres-heure. Florent tourne violemment le volant vers la gauche dans une tentative d’évitement qui paraît bien vaine. Pendant une seconde qui n’en finit pas, notre voiture menace de se retourner, le temps est suspendu. On entend le châssis pousser un affreux grincement. Les pneus crissent sur le goudron inondé.
Et puis le temps repart. La voiture s’est arrêtée brutalement en travers des voies. Pas de collision, nous sommes intacts. Je jette un regard paniqué dans le rétroviseur, mais tout va bien, les véhicules derrière nous se sont arrêtés à temps.
Florent et moi, on ne s’est jamais regardé avec autant d’intensité. On vient de frôler la mort et c’est gravé dans nos yeux.
On a repris la route, comme si de rien n’était. La pluie s’abat toujours sur les vitres avec fracas. La voiture semble s’être sortie indemne de ce « presque accident » comme on l’a déjà baptisé.
En revanche, j’ai plus de mal à m’en remettre ; mon cœur bat trop vite et mes mains sont moites.
Florent pousse un énorme soupir derrière son volant.
– Bon ! J’imagine que tu aimes déjà ma famille un peu plus, maintenant ?
J’éclate de rire.
– C’est sûr qu’une bonne frayeur remet tout de suite les choses en perspective !
Notre rire quasi hystérique remplit l’habitacle, couvre le vacarme de la pluie et ce pauvre autoradio inaudible. Mais soudain, j’entends autre chose.
– Ah, fais gaffe, j’entends une sirène, ça doit être le SAMU ou les pompiers.
Florent se tord dans tous les sens pour tenter d’apercevoir un véhicule d’urgence dans ses rétroviseurs.
– T’es sûre ? Moi, j’entends rien du tout.
Bizarre… Le bruit inimitable d’une sirène résonne encore faiblement dans ma tête, malgré le vacarme de la pluie.
– Ça devait être plus loin.
Florent me jette un regard avec son sourire en coin.
– Dis donc, t’es sûre que ta tête a pas heurté le tableau de bord ?
– Ah, ah, ah. Tu peux parler avec ta coupe à la Justin Bieber.
– Ouh, je crois que ton sens de la répartie est resté sur le goudron.
Bam ! Je lui file un coup de coude dans les côtes, ce qui ne fait que lui redonner de l’élan.
– Hé, t’es au courant que t’as deux boucles d’oreille différentes ? Ça va pas faire bonne impression chez mes parents…
– Quoi ?!
En une fraction de seconde, je fais apparaître le miroir de courtoisie du pare-soleil. Merde, mais il a raison !
– Je suis vraiment à la ramasse… Peut-être que je suis vraiment trop vieille pour toi.
– Mais non, moi je les aime bien, tes boucles d’oreille dépareillées. Tu es magnifique.
Il a posé sa main sur la mienne. Je la serre.
Un brusque frisson s’empare de moi.
– Monte le chauffage, on caille !
– Oui, Mémère. Faudrait pas que tu t’enrhumes.
Je lâche sa main. J’ai le sens de l’humour, mais faut pas pousser non plus. Et ces sirènes qui résonnent encore. Mais qu’est-ce qui se passe ?
– Florent…
Il détourne tout de suite la tête en entendant son prénom et le ton de ma voix.
– Je ne me sens pas bien. Je crois que c’est le contrecoup. J’ai super froid, j’ai les mains moites, et puis j’entends ces satanées sirènes dans ma tête depuis tout à l’heure ! Ça me rend dingue !
– D’accord, t’inquiète, on va s’arrêter cinq minutes.
On sort de l’autoroute pour s’engager sur une aire de repos toute sobre, sans restaurant ni magasin de souvenirs. Juste quelques tables de pique-nique entourées de grands pins.
La pluie a cessé de s’abattre sur le pare-brise. Le soleil parvient même à percer les nuages.
Une fois la voiture arrêtée, Florent se détache et se tourne vers moi. Il me saisit à nouveau la main.
– Tout va bien, Steph’, je suis là. Je t’aime.
Je me détache à mon tour et pose ma tête sur son épaule, le sourire aux lèvres.
– Oui, tout va bien. Moi aussi, je t’aime.
La machine laissa échapper un bip interminable.
— Merde !
L’homme se laissa tomber sur la banquette arrière, parmi les débris de verre. Il arracha les électrodes du torse de la passagère, retira ses gants et fit taire la machine, avant de sortir de la carcasse par l’ouverture pratiquée par les pompiers.
Se tenant près de l’amas de tôle pliée, il rabattit sa capuche sur ses cheveux grisonnants et retira ses lunettes couvertes de gouttes d’eau pour poser un regard vide sur la scène. La pluie tombait plus fort que jamais sur les restes de la voiture encore encastrée dans la remorque du camion. Les éoliennes tournaient sans bruit dans le champ jouxtant l’autoroute. La lumière bleue des gyrophares se reflétait sur la carrosserie en lambeaux. La litanie des sirènes couvrait le bruit des pompiers s’appliquant toujours à désincarcérer les deux victimes.
Deux morts, à présent.
Soudain, l’urgentiste remit ses lunettes sur son nez. Il avait cru voir un sourire sur le visage de la passagère…
Voilà que son cœur lui jouait des tours. Il regarda sa montre.
Heure du décès, etc.

Elle remporte ainsi :

  • 35 euros en bon d’achat sur La Petite Boutique des Auteurs
  • 1 coffret thématique “épistolaire”
  • 15 euros en bon d’achat Fnac
  • 1 panier gourmand d’une valeur de 15 euros
  • 2 exemplaires supplémentaires du recueil de nouvelles

Prochain RV des plumes : J-3 !

A bientôt 💋

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :